FAITES la PAIX

La Communauté de Sallaumines nous partage l’Événement

« FAITES la PAIX » 4 JOURS pour MANIFESTER la PAIX !

Dès le jeudi 19 avril nous étions invités à faire mémoire : visite et rassemblement autour de l’anneau de la Mémoire à Notre Dame de Lorette (Ablain-Saint-Nazaire).
Le préfet du Pas-de-Calais a ravivé la flamme du souvenir pendant que l’orchestre jouait.

Puis ce fut l’accueil et l’ouverture de la cérémonie :
Une chorale de 600 enfants issus de 13 écoles primaires du Pas-de-Calais, chante la Marseillaise suivie de « l’Hymne européen ». Puis, le coordinateur de ce projet « Faites La Paix » accueille les différents participants. La chorale enchaîne avec « Imagine ».

Il s’ensuit la PROCLAMATION de l’APPEL à la PAIX et l’ENGAGEMENT des RELIGIONS.
Cet Appel à la paix est lu par des collégiens franco-allemands grâce à l’échange entre le Collège de la Sainte Famille de Béthune et celui de Nicolas Cusanus Gymnasius de Bergisch Gladbach en Allemagne.
Vingt personnalités étaient présentes : des Évêques de France (5), d’Allemagne, des Philippines, mais aussi un Évêque Anglican, des représentants de l’Église baptiste, de l’Église protestante, de la Communauté israélite, des Imams, des bouddhistes, des représentants de Pax Christi de France, de Belgique, d’Allemagne. Nous en oublions sûrement !
Quelques-uns sont intervenus et tous, deux par deux, ont allumé une bougie qui était ensuite déposée en évidence.
Pendant ce temps les enfants écoutaient assez calmement. Ils ont ensuite chanté « Hallelujah » et « Enfant de paix ».
Après avoir entendu quatre allocutions, nous avons été invités à signer la charte de la Paix avant de regagner nos bus.
Ce temps était très émouvant de par les interventions diverses mais aussi par la participation des enfants et leur comportement très digne. Ils s’en souviendront sûrement.

Le vendredi 20 avril, c’était LE CAMPUS DE LA PAIX, CONGRES INTERNATIONAL à l’Université Catholique de Lille avec pour thème : « De la guerre juste au défi de la paix juste ».Il était proposé des conférences, des ateliers, des expositions. Nous avions le choix avec 20 intervenants, certains en anglais.
Les thèmes ? La guerre juste limites et échecs – Le défi de la paix juste – Les civils dans la guerre – Éduquer à la paix. Les mêmes thèmes étaient repris l’après-midi par des intervenants différents. Des ateliers étaient en rapport avec ces thèmes, mais exprimés d’une autre manière, par exemple un journaliste, ou la place de la construction de l’Europe…
Nous y avons retrouvé deux allemands rencontrés la veille dans le bus. Ils étaient venus car ils sont de Pax Christi et nous ont dit : « Il fallait que l’on soit là pour la paix » !!!
La journée s’est conclue par l’intervention, un peu longue, mais intéressante d’Andréa Riccardi (ancien ministre italien fondateur de la communauté de Sant’Egidio).
Ce qui a été remarquable, c’est l’investissement des jeunes de la faculté et leur participation tout au long de la journée, soit pour nous guider, traduire, et aussi participer aux différentes rencontres. Nous avons admiré l’exposition qu’ils avaient faite et qui reflétait le travail de recherche et de réflexion qu’ils avaient mené pour cet événement « Faisons la Paix ». Eux aussi s’en souviendront et cela est plein d’espérance pour l’avenir !

Le samedi 21 avril, à la Maison diocésaine d’Arras, c’était : CONSTRUIRE ET FÊTER LA PAIX.

Pour y accéder, nous avions rendez-vous à la Maison Nicodème (Maison paroissiale de Lens) à 13h30 afin de prendre un bus. Nous y avons retrouvé des scouts qui avait leur bus et qui allaient aussi au même endroit. Ils y camperont le soir pour se préparer à la journée du lendemain.
Nous avons retrouvé le guichetier de la poste de Sallaumines venu conduire son fils. Il n’a pas pu participer aux journées de la paix car ses parents déménageaient. Et, ils avaient besoin de main d’œuvre !!!

En arrivant, nous avons découvert des villages de la paix. Que de choses à découvrir ! Il y avait différentes associations et mouvements avec plein de propositions, des jeux, des travaux manuels, des expositions qu’on nous expliquait ainsi que des tables rondes, des lieux de réflexion et de prière, une scène où se sont produits différents groupes régionaux. Tout un programme, sans oublier des films ! Bref l’après-midi n’a pas suffi pour tout découvrir.Le soir nous avons pu nous restaurer sur place. Il y avait des sandwichs, des frites…et du soleil toute la journée !!! En faisant la queue, nous avons bavardé avec des jeunes venus de Villeneuve d’Ascq et l’une d’elle était allée à l’espace où des arabes apprenaient à écrire leur prénom. Elle l’avait fait faire pour ses parents et frère et sœurs et disait : « Je suis sûre qu’ils vont être contents ». Cet après-midi de rencontre était aussi internationale et inter religieuse.

 

Nous avons aussi échangé avec l’aumônier. Il avait fait de la JOC et sa formation avec les GFO. Il nous disait : « Pour le moment, les mouvements baissent mais c’est un balancier cela va revenir… ».
Les jeunes étaient venus pour les deux jours et logeaient chez des sœurs afin d’être aussi présents le lendemain.

La foule, car il y avait foule, était très familiale, de tous âges, et dans une ambiance très joyeuse et fraternelle. Le sol extérieur était « tapissé » de dessins à la craie pour dire « la paix ». Il y avait aussi une nuée de colombes (en papier) de la paix avec différentes expressions sur ce que représente la paix pour l’auteur du message.
En regagnant notre bus, vers 21 heures, nous avons vu où les scouts campaient. Ils partaient par petits groupes pour un jeu, semble-t-il.

Le Dimanche 22 avril, ce fut la CHAINE HUMAINE de 15 kms entre le cimetière allemand de Neuville-Saint Vaast et la nécropole de Notre Dame de Lorette, en passant par le monument canadien de Vimy.
Nous étions bénévoles pour accompagner les groupes de Vimy. Il y avait une magnifique organisation : des rangées avec des lettres suivant le nombre de kms choisis pour marcher (2 kms, 1,5 kms, 1km, 500m). Des groupes renseignaient pour indiquer les directions (Neuville-Saint Vaast, la Nécropole de Lorette, …) de manière à ce qu’il y ait jonction entre les différents lieux.
Le rendez-vous pour les bénévoles était à 8h30 et pour les marcheurs à partir de 9h.
À l’arrivée, chacun recevait un bracelet sur lequel était inscrit le nom d’une personne victime de la violence par les armes. Il nous était remis aussi une feuille de chants pour vivre « le Moment Pro-Peace ». A 10h, nous avons vécu un temps fort pendant lequel il y a eu des témoignages et nous avons chanté. Nous étions au milieu d’un groupe de jeunes d’une aumônerie de Marcq-en-Barœul. Ils étaient très écoutants et participants. Un chant leur a donné l’idée d’une ronde. Il y avait une ambiance « bon enfant » et très joyeuse.
Le lâcher de colombes fut un moment émouvant et les colombes faites par les uns et les autres étaient exposées au pied du monument. Un hélicoptère passait de temps en temps.
A 10h45, le départ des groupes vers leurs lieux respectifs pour faire la chaîne a commencé. Les départs étaient échelonnés. C’était le déploiement de la chaîne humaine. En attendant le moment fixé à 12h pour se donner la main, des cyclistes passaient sous l’ovation des groupes ainsi que des joggeurs. Un couple de canadiens venus en touriste a été invité à se joindre à notre chaîne, ce qu’il a fait. Ils ont été remerciés chaleureusement. Là aussi, il y avait de l’ambiance et de temps en temps des « OLA » !!!
Puis vint le décompte 5, 4, 3, 2, 1, … on se donne la main pendant 5 minutes environ. Et ce fut la fin. Chacun est allé soit trouver un lieu pour pique-niquer, soit rejoindre son bus ou sa voiture.
La nuit du samedi au dimanche, il y a eu des marcheurs. Pour des raisons de sécurité leur nombre avait été limité.
Sur la paroisse de notre secteur, il n’y a pas eu de messe ce Week-End. Une célébration était prévue à 15h à la cathédrale d’Arras, présidée par l’Évêque du lieu, concélébrée avec plusieurs autres évêques et prêtres représentants la diversité des participants à cet événement de quatre jours. L’Évêque de Lille nous a relu le message du Pape qu’il avait déjà lu lors de la première rencontre à Notre Dame de Lorette.
Ces journées resteront, sans doute, dans la mémoire et le cœur de beaucoup de participants, avec une volonté de vivre en paix et d’en prendre les moyens comme nous y avons été invités tout au long des différentes rencontres.

****************

« Faites la Paix », c’est aussi au quotidien, dans notre quartier, à la Résidence Salembier !!!!!
Depuis quelques mois, il y avait un petit goût de vinaigre qui circulait dans l’air du quartier !!! Nous étions témoins d’une tension entre les familles ayant des enfants à l’âge de jouer, et les 3 retraités qui habitent près d’une petite pelouse qui voudraient qu’elle devienne privée, en empêchant les enfants d’y jouer.
A cela s’ajoutaient des problèmes de voitures garées n’importe comment, des « ateliers de réparations » de voitures un peu n’importe où, sans oublier les poubelles traînant quelques fois plusieurs jours avant d’être rentrées. D’où, pour les enfants, aucune possibilité de jouer sans danger !!! Dur, dur, la vie à la Résidence Salembier !!!
En Décembre, le Maire alerté sur ces problèmes, est venu dans la cité se rendre compte de la situation. Nous optons sur le fait d’installer des jeux, pour les tous petits, dans l’espace que les 3 retraités ont décrété « interdit pour les enfants ». Les mois passent. Plusieurs relances auprès de la Mairie avec toujours la même réponse : « Cet espace est à tous, vous aurez vos jeux… ».
Le bailleur, la SIA, alerté par nos 3 voisins en colère, bloque la demande et la laisse traîner…. Pendant ce temps, le climat se dégrade : disputes, critiques, interdits, les enfants souvent rabroués quand ils s’aventuraient dans cet endroit vert qui les attire !!!
La pression augmente lorsqu’un enfant d’un couple marocain (fils des anciens de la cité) se fait renvoyer par l’un des retraités. Cris ++++.  Il a osé dire très fort ce que nous pensions tous. Du coup, les langues se sont déliées, nous étions tous sur le pas de nos portes ou à nos fenêtres. La situation ne pouvait plus durer.
D’autres événements ont encore réchauffés l’atmosphère. Une personne de la cité aurait appelé la Police pour dénoncer la réparation d’un bloc moteur qui se faisait sur la route en plein passage. Qui a appelé ? Une voisine pensait que c’était la communauté ou peut être Christiane ????
Les rumeurs prenaient du poids … L’orage se préparait …
Un incident avec un coup de ballon dans les jardinières de la communauté ! Nous demandons aux enfants de ramasser les fleurs, de balayer. Le ballon est confisqué. Du coup Farida, Claude, et d’autres viennent à notre rencontre : « ça ne peut plus durer, le bout de pelouse est à tous … Qui a appelé la police ? Nous nous expliquons, et d’un commun accord, nous décidons de demander au maire de nous réunir, et de s’expliquer en présence de la SIA. Nous penons date pour préparer la réunion en dehors du quartier, mais ce soir-là personne n’est venu.
Le lendemain, jour de la réunion en Mairie, presque toute la résidence était là, et même venue en co-voiturage. Nous sommes presque tous arrivés ensemble y compris nos retraités. C’était comme un relèvement… Et il y avait un air de joie sur les visages. Dans la salle, nous attendaient des représentants de la SIA, des services techniques, le Maire, un ou deux conseillers municipaux.
La parole a circulé parmi nous. C’était super !!! Farida a un peu craqué, mais la SIA a trouvé une force devant eux. Cela a été une bonne nouvelle pour nous : le terrain était officiellement désigné comme appartenant à tous. Il a fallu trouver une solution. Tout le monde s’est exprimé, a donné des idées. En plus, nous avons profité de l’occasion pour demander à la SIA une autre réunion sur nos problèmes de logement. Elle a reçu notre question et doit-nous donner une date.
Nous avons fini la réunion en s’invitant entre nous à la fête des voisins comme pour APPUYER par une autre BONNE NOUVELLE… Le lendemain dans le quartier, tout le monde se parlait, et faisait des plans pour voir comment utiliser cet espace vert sans gêner… Le maire a fait le tour des maisons, et une charte se prépare.
Les enfants ont hâte de se retrouver à la fête des voisins pour jouer +++ « comme l’année dernière » disent-ils ….
Un nouvel air embaume notre cité en ce moment, celui de l’amitié, même si le Ramadan grignote un peu nos nuits !!! : Ça fait du bien !!!!

Ce contenu a été publié dans Présence au Cœur du Monde. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.